Article

Quartier Magny

Magny est l’un des quartiers les plus singuliers et les plus attachants de Metz – village ancien rattaché en 1961 seulement.

Au nord, le vieux Magny autour de l’église et de la place Saint-Roch, avec ses commerces et artisans – coiffeur, boulangerie, café, restaurant, presse, etc. Au sud les lotissements construits des années 60 aux années 90, et en leur coeur le centre socio-culturel et la bibliothèque. Dans ces rues, pensées et aménagées à une époque de (trop) grande confiance environnementale, rien de possible sans la voiture : aller au travail, faire ses courses (au Super U route de Pouilly hier comme à l’Intermarché aujourd’hui), faire garder ses enfants. La ligne 5 qui relie le quartier au centre est bien insuffisante pour répondre à tous ces besoins. C’était le cas il y a 20 ans, et c’est toujours le cas aujourd’hui.

Tout au long de ces 20 ans Magny a fait l’objet de bien des actions remarquables des différentes municipalités, notamment autour de son cadre de vie et de ses espaces naturels. Le vieux schoutt est devenu le beau Parc du Pas du Loup en 1998. Sous l’impulsion de la municipalité actuelle, la Seille s’est embellie et assainie, tandis que des jardins familiaux ont été créés rue de la Vachotte (60 parcelles depuis 2015). Demain, le ruisseau Saint-Pierre fera l’objet de soins nouveaux. Des équipements ont été rénovés (gymnase du Bourdon, école de Magny-Plaine, toit du centre socio-culturel). Des maisons d’hôtes de grande qualité y offrent à nos touristes une expérience messine unique. Des mesures ont été prises sur le vœu du comité de quartier et réalisées par la Ville pour limiter la vitesse rue de pouilly et rue au Bois. Avant cela, en 2005, le contournement sud-est (la RN 431) entre Vantoux et Fey avait déjà permis de détourner une partie du flot de véhicules. Beaucoup d’autres choses ont été faites, beaucoup restent à faire (comme l’enfouissement progressif des réseaux électriques).

Mais en 20 ans, ce sont aussi près de 1000 habitants soit 1 sur 6 qui ne résident plus dans le quartier. Notamment les familles de militaires, suite à la suppression des dernières unités et de la base aérienne par le gouvernement Sarkozy. Les enfants et jeunes adultes y sont de moins en moins nombreux, l’âge moyen y a fortement augmenté. Ce recul démographique a des conséquences sur les services publics (Poste, Mairie de Quartier aujourd’hui fermées) et fatalement, tôt ou tard, sur les commerces et artisans. Les rues où les enfants d’il y a 30 ans jouaient insouciants sont désormais surchargées de voitures : les familles peuvent se permettre d’en posséder plusieurs ce qui n’était pas le cas dans les années 80…. et les solutions de transport vers le centre-ville n’ont pas franchement évolué. Il est difficile aujourd’hui à des actifs du centre-ville ou d’autres pôles économiques de la métropole de rallier leur travail depuis Magny sans voiture.

L’enjeu de Magny pour les prochaines années est donc simple. Stopper le recul démographique. Magny compte heureusement des atouts évidents. Un exemple : beaucoup de jeunes couples avec un premier enfant cherchent aujourd’hui à s’établir dans les communes en première voire deuxième couronne de Metz, quitte parfois à « faire construire ». A terme ce n’est bon ni pour eux (coût des transports, éloignement des services à commencer par les services de garde, création de communes dortoirs) ni pour la métropole (étalement urbain, perte de jeunes actifs, perte d’enfants précieux pour l’avenir, perte de lien social). Sachons les retenir : Magny, très majoritairement composé de logements individuels, peut les accueillir. Les logements sociaux de Metz Habitat Territoire (rue du Houx) sont une autre solution, dans un cadre agréable. Pour retenir et attirer ces jeunes ménages, insistons sur les services qu’offrent la Ville ou la Métropole et battons nous pour ces services : écoles, garde d’enfants, commerces de proximité pour la partie nord.

Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement d’accueillir des jeunes familles à Magny, mais également d’y soutenir tous ceux qui souhaitent y vivre le plus longtemps possible. Les services à la personne doivent dans ce quartier, particulièrement excentré, faire l’objet d’une attention particulière, notamment en facilitant la mise en relation des habitants les plus âgés avec les professionnels.

L’enjeu crucial – et le plus complexe – concerne évidemment les transports en commun. Comment vraiment connecter Magny non seulement au Centre-Ville, mais aussi aux autres quartiers et communes ? Comment améliorer la desserte? Le développement des Coteaux de la Seille au-delà du Pas de Loup peut être une opportunité de développement du réseau de bus bénéfique aux deux secteurs. Demain, un parking-relais de 160 places sera créé entre les numéros 68 et 78 de la rue du Faubourg. Comment accueillir et valoriser intelligement ce flux nouveau ?

Comment offrir de vraies et vastes solutions pour les déplacements à vélo ? La rue du Faubourg puis au-delà l’avenue André-Malraux, sans reliefs, s’y prête tant. C’est par les transports que l’on fera de Magny ce quartier-village adapté aux défis du siècle.

Enfin et surtout, comme partout ailleurs ce sera le soutien et le travail avec les associations qui permettra de redonner une dynamique réelle au quartier. Pensons au comité de quartier naturellement, au travail de fond de l’association des Amis de Metz-Magny (et au succès des différentes éditions du Marché fermier), souvenons-nous aussi du travail du collectif de jeunes habitants qui a permis la création de la piste de BMX en 2012. A la Ville de donner à tous ces bénévoles et militants associatifs des moyens forts pour agir et animer.

La Ville de Metz fait beaucoup, sans doute pouvons nous ensemble trouver les moyens d’aller encore plus loin. Plutôt que révolutionner les institutions et sans cesse réinventer des dispositifs avec autant d’acronymes, partons de ce que font réellement les gens, sans attendre. Cela s’appelle des associations et c’est de la politique au sens noble : elles organisent le développement commercial, la culture, le sport, les espaces verts, le lien social, parfois mieux que l’Institution, et assurément de façon plus vivante. Comment, à budget constant, leur donner beaucoup plus et plus efficacement ? Si la vie associative comme nous le croyons avec EELV Metz Génération.s – Moselle 57 et Les Radicaux de Gauche – Metz Métropole est le plus sûr moteur pour Metz et Magny, alors il nous faudra beaucoup travailler pour arriver à des solutions simples et fortes dès avril 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *