Article

Les marchés

Les candidats aux élections municipales aiment bien faire des cases, une pour chaque problème et une pour chaque solution : commerce, stationnement, sécurité, etc. Nous pensons au contraire que la plupart des vrais sujets pour notre ville et nos enfants demandent la mobilisation de tous les leviers d’actions. Ainsi la question du stationnement ne peut-elle être abordée sans parler de mobilité dans son ensemble (en transport en commun notamment) . Ainsi la question de la sécurité la nuit demande-t’elle un peu plus que trois ou quatre patrouilles supplémentaires, mais une réflexion d’ensemble sur l’organisation de la ville quand la nuit tombe.

Prenons l’exemple des marchés.

Ce sont des lieux d’achats, accessibles à tous et à toutes les bourses. Des lieux où l’on aime rencontrer ses voisins, échanger avec les producteurs. Le succès du marché Sainte Thérèse (le plus récent), du marché de la place Foselle, ou encore du samedi matin dans la cour du Marché couvert, montrent qu’il existe un vrai goût et une attente pour ces manifestations, qu’il s’agisse de marchés de plein air, de marché couvert… ou même de certains rayons locaux des supermarchés existant.

Nous pensons que la Ville doit pousser encore plus loin cette action sur les marchés, dans l’ambition que chacun ait, dans son quartier, des solutions d’alimentation “bon marché”, saines, conviviales. Il nous faudra pour réaliser cette ambition mobiliser de nombreux leviers :

👉en imaginant de nouveaux lieux de marché à explorer, dans les différents quartiers, bien que l’exercice soit difficile.

👉en imaginant de nouveaux horaires aussi : Orléans parmi d’autres a ainsi proposé un marché nocturne (16h-21h30), qu’il serait intéressant d’étudier pour Metz.

👉en agissant, lors des procédures d’autorisation commerciale, pour limiter la grande distribution de périphérie et d’autre part encourager les enseignes dans leurs efforts vers les producteurs locaux.

👉car plus profondément, développer les marchés c’est développer ceux qui devraient les premiers fournisseurs de nos étals : nos producteurs locaux. La Ville et la Métropole peuvent agir très concrètement pour le développement des producteurs (achats de terrains, prise à bail, achats des cantines ou restaurants administratifs, etc.). Encourageons ainsi la Ferme de Borny, les Jardins Vitrés de La Maxe, demain l’Agrobiopôle de Frescaty et ses 20ha de ferme d’avenir, les pains vagabonds de Gorze, l’AOC Moselle et ses domaines, nos micro-brasseries, les producteurs Mangeons Mosellan.

👉et afin de développer encore ces productions locales, agissons de concert avec nos écoles, Universités, et la Chambre d’Agriculture, pour une meilleure connaissance de nos sols et friches réputées polluées. Permettons aux producteurs et agriculteurs du pays messin d’investir ces terres à chaque fois que cela est possible et souhaitable.

Replacer les marchés – quelqu’ils soient- au coeur de la ville, c’est donner à tous des opportunités d’achat au meilleur prix pour la meilleure qualité, soutenir l’emploi des producteurs locaux, mais aussi donner un sens à la vie ensemble, permettre l’échange et la rencontre. C’est aussi par les marchés que se fait la Ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *